Traduction et transcréation : quelles différences ?

Traduction et transcréation : quelles différences ?

La traduction et la transcréation sont deux procédés permettant de transposer un contenu d’une langue source vers une langue cible. Chacune de ces méthodes possède des spécificités qui lui sont propres, et répond à des objectifs distincts. Nous faisons le point sur les différences majeures entre la traduction et la transcréation.

 

Qu’est-ce que la traduction ?

La traduction consiste à transposer, d’une langue à une autre, un contenu textuel ou audio. Le traducteur se limite à la traduction des mots, et ne prend généralement pas en considération le reste des éléments graphiques figurant sur le support fourni.

La traduction répond donc à des enjeux importants, relatifs à l’internationalisation d’un produit ou d’une activité.

 

Qu’est-ce que la transcréation ?

La transcréation conjugue à la fois traduction et création. Il s’agit d’un processus créatif qui va au-delà de la simple traduction du texte. Le transcréateur est en effet chargé de recréer le contenu en l’adaptant à la culture du pays ciblé, tout en préservant le message, l’émotion et l’impact émis dans le support d’origine. Il s’agit principalement de contenus publicitaires et marketing destinés à promouvoir un produit en l’adaptant aux spécificités de l’audience ciblée. En effet, les codes varient d’un pays à l’autre et un produit sera commercialisé de manière différente aux États-Unis, en Thaïlande, au Brésil ou en Algérie par exemple.

Si elle est mal effectuée, la transcréation peut donc impacter négativement la bonne commercialisation du produit, et fermer l’accès à un marché international.

 

Quelles sont les principales différences entre traduction et transcréation ?

 

L’objectif

Alors que la traduction vise principalement à garantir la compréhension du contenu et à éviter les incohérences linguistiques et culturelles, la transcréation, elle, a pour objectif de préserver l’intention et l’émotion émises dans le message d’origine, tout en adaptant ce dernier aux besoins et à la culture des clients du pays cible.

 

Le fonctionnement

Alors que la traduction se limite au texte, la transcréation prend en considération chaque élément graphique constitutif du support : les visuels, la typographie, la mise en page, les couleurs, la charte graphique, le design dans son intégralité… Chacun des aspects doit être pris en considération afin de l’adapter à la cible, aux mœurs, à la culture locale, aux habitudes de consommation de l’audience visée, etc. 

 

Les supports

La transcréation est principalement utilisée pour les supports commerciaux et publicitaires : slogans, noms de produits, affiches de films, affiches publicitaires…

La traduction englobe quant à elle un plus large panel de contenus et de secteurs d’activité : ouvrages littéraires, documents commerciaux, traductions spécialisées (scientifique, juridique, technique...).

 

Les qualités requises

Le transcréateur doit posséder avant tout un grand sens créatif, ainsi que de solides compétences en marketing. Il doit connaître parfaitement chaque aspect de la langue cible et de la langue source, mais doit aussi posséder des connaissances approfondies relatives à la culture des pays concernés par la transcréation.

La traduction, si elle requiert également des connaissances culturelles, sollicite avant tout une parfaite maîtrise de la langue source et de la langue cible, ainsi qu’une éventuelle expérience dans un secteur d’activité donné, dans le cas de traductions spécialisées par exemple.

 

Ajouter un nouveau commentaire