Conseils pour une traduction parfaite

Ce que vous pouvez faire pour obtenir une traduction irréprochable

Vous recherchez une traduction totalement désastreuse n'ayant rien à envier à une traduction automatique truffée d'erreurs ? Vous voulez faire fuir vos clients ou les faire rire au lieu de vous demander un devis ? Dans ce cas, ne lisez pas ce qui suit ! Sinon, nous vous proposons une feuille de route pour une communication multilingue qui fait mouche.

 

Mais avant de rechercher un prestataire de services, il faut préparer le terrain en réunissant les conditions suivantes :

  • suffisamment de temps : comme dans de nombreux projets, l'urgence est ici l'ennemie de la qualité, et laisse parfois l'impression d'un travail "bâclé". Il est donc important de prévoir suffisamment de temps pour pouvoir fournir les précisions nécessaires et peaufiner les détails.
  • un texte source de qualité : vous intervenez dans la rédaction du texte source ou vous en chargez vous-même ? Dans ce cas, veillez à être aussi clair et précis que possible. Car rien n'est plus important, pour une traduction réussie, que la qualité du texte de départ.
  • une langue cible précise : votre texte en français doit être traduit en anglais ? Précisez si vous souhaitez de l'anglais britannique ou de l'anglais américain, car le public et le lecteur ciblés sont alors totalement différents. Bien entendu, ce qui vaut pour l'anglais s'applique à d'autres pays comme la Chine, par exemple.
  • le but de la communication et le groupe cible : à qui le texte traduit s'adresse-t-il ? Sera-t-il publié sur votre site Internet, ou uniquement sur l'intranet à des fins internes ? En fonction de ces précisions, le traducteur saura trouver le ton le plus juste.
  • le format : déterminez le format du texte qui sera remis au traducteur, et celui dans lequel vous souhaitez recevoir le travail. En effet, le tarif peut varier en fonction du format de traitement, et vous avez là une source d'économie potentielle.

 

Trouver le bon traducteur

Certes, le prestataire le plus cher n'est pas nécessairement le meilleur, mais en-dessous d'un certain prix, il ne faut pas s'attendre à des miracles. Quelques facteurs à prendre en compte pour choisir votre traducteur :

  • Essai de traduction : si vous avez un gros volume de texte à faire traduire, demandez aux traducteurs que vous avez présélectionnés de faire un essai sur un petit extrait. Vous verrez ainsi comment votre collaboration peut prendre forme, et pourrez choisir le professionnel qui vous convient le mieux. N'oubliez pas que ces "mises à l'épreuve" ne sont pas toujours gratuites.
  • Professionnalisme : un bilingue ne fait pas nécessairement un bon traducteur. Plus la traduction est importante pour vous (notice d'instructions devant vous exonérer de toute responsabilité ou site Internet ne faisant pas fuir à tout jamais les clients étrangers, par exemple), plus vous devrez veiller à ce que votre traducteur ne soit pas juste un "professionnel de la profession", mais aussi quelqu'un qui maîtrise le sujet qu'il traduit.
  • Prix : vous pourrez toujours trouver quelqu'un de moins cher. Mais il ne faut pas oublier qu'on en a toujours pour son argent. Un traducteur professionnel prend le temps de faire des recherches, de poser des questions et de contrôler la qualité de son travail. Cela a nécessairement une incidence sur ses honoraires… mais aussi sur la qualité de la traduction, et sur la satisfaction du client. L'investissement est donc justifié. C'est d'autant plus important dans des domaines comme l'économie, le droit ou la finance, où une erreur peut entraîner des coûts non négligeables ou parasiter la communication avec le client de manière telle qu'il vous laissera tomber ou ne vous donnera même pas votre chance.
  • Références : recommandations, expérience, adhésion à des associations professionnelles ou avis des clients sur Internet : le traducteur extérieur qui vous donnera satisfaction n'en est pas à son ballon d'essai. Vous devez pouvoir vous faire une meilleure idée de son parcours au vu des dossiers sur lesquels il a travaillé.

 

Autres conseils : contrôle qualité et honoraires

  • Traduction selon le principe des 4 yeux : pour les contrats ou les textes destinés à être publiés, il est important que la traduction soit relue par une seconde personne, dont le regard critique relèvera plus sûrement les erreurs ou incohérences.
  • Modalités de facturation : les honoraires du traducteur se calculent de différentes manières : à la ligne, au mot ou au forfait.

 

Ce que le traducteur attend de vous…

  • Un document finalisé : quand c'est possible, fournissez toujours le texte dans sa version finale. Les refontes, ajouts ou remises a posteriori de passages modifiés engendrent des coûts supplémentaires.
  • Des compléments d'information : glossaires, textes de référence, traductions antérieures – tout élément utile pouvant aider le traducteur.
  • Un délai de livraison : si possible, ne fixez pas de délai trop serré, votre traduction pourrait en pâtir.
  • Un retour d'information : vous êtes satisfait ? Dîtes-le à votre traducteur. Et faites-lui également part des éventuels petits problèmes. Il en tiendra compte pour les commandes ultérieures.

Ajouter un nouveau commentaire